Blacksad t4 L'Enfer, le silence

Publié le par librairie glenat

 

Ah, on l'attendait celui là, on l'espérait et en même temps, on ne pouvait s'empêcher d'avoir une petite crainte : Et si il était raté ? Alors, ça y est, il est sorti, on l'a dans nos petites mains tremblantes, on regarde la couverture l'œil plein de larmes, et on se lance (oui, je suis très émotif en ce moment).

 

Blacksad t4 L'enfer, Le silenceBlacksad 4

Dessin et couleurs de Juanjo Guarnido

Scénario Juan Diaz Canales

Éditions Dargaud

 

Cette fois, John Blacksad est à La Nouvelle Orléans. En compagnie de Weekly, il enquête sur un jazzman de talent du nom de Sebastian "Little Hand" Fletcher. Pour le retrouver, il va devoir écumer les chaudes et moites nuits des clubs de Jazz de la capitale de la Louisiane.

La Nouvelle Orléans, c'est une des villes les plus pauvres des États Unis, c'est également celle qui a la plus grande proportion de population afro-américaine. Outre ce caractère démographique, c'est la ville où est apparu le jazz dans les années 1910-1920. Ensuite le jazz a migré vers le nord avant de revenir à ses racines dans les années 40 notamment sous l'impulsion de Louis Armstrong ou Sidney Bechett. C'est dans cette Nouvelle Orléans vibrante de culture et de musique que John Blacksad va se trouver confronter à sa, probablement, plus périlleuse enquête.

 

Blacksad, où comment sublimer le 9ème art.

Délicat d'en dire plus sur l'histoire, en dévoiler trop serait vraiment dommage, du coup, consacrons-nous sur ce dont on peut parler sans dépuceler l'histoire.

Une fois l'album fermé, on se dit : Waouh...

On connait Blacksad et le trait génial de Juan Guarnido depuis de nombreuses années déjà. Alors on se dit que ce sera difficile de faire mieux, et pourtant, le dessinateur espagnol réussi à se dépasser et à repousser encore plus loin l'excellence graphique. Canales et Guarnido veulent faire vivre cette ville riche d'histoire et de culture au travers de son côté musical et cosmopolite. Ils y parviennent haut la main. Les décors sont plus fouillés que jamais, le mouvement des personnages est toujours aussi réussi. Cet album respire la vie, et même si il y est question de meurtre, de drogues, des coups bas, pourtant pas une case n'échappe à ce côté débordant de vie. On peut passer de longues minutes à examiner certaines cases afin d'essayer de voir TOUT ce qu'il s'y passe. Ce petit jeu est fascinant.

 

Jeu de couleurs

Chaque album de cette série se distinguent par une couleur dominante, lisible dès la couverture, noir, blanc, rouge et enfin bleu pour ce dernier tome. Chacune de ces couleurs se trouvent justifier narrativement, ici, c'est peut-être moins évident et plus subtil. Les deux premiers albums marquaient par leur noirceur, sur L'enfer, le silence, la couleur et la lumière semblent avoir pris le dessus, pourtant, la noirceur de certains personnages n'est qu'évidente, alors qu'en penser ? A vous de voir.

Un petit avertissement tout de même. Cet album contient un élément qui risque de vous frustrer pour un long moment avec tout un tas de questions, pour ma part, j'en ai le cerveau retourné !

 

Benjamin

Publié dans Nos Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Cachou 20/11/2010 10:28



Même problème, je n'ai pas envie d'essayer parce que j'ai vraiment mais vraiment du mal avec les histoires dans lesquelles les animaux parlent. Même chose avec les Disney, dont je ne supportais
les animaux parlants que s'ils étaient dans un récit avec des humains (comme "La Petite Sirène" si tu veux). Je ne sais pas pourquoi, ça m'agace. C'est pour ça que je n'ai toujours pas osé lire
"Demain les chiens", parce que je sais que cet énorme a priori pourrait vraiment m'empêcher d'adhérer à l'histoire. Je ne sais pas d'où ça vient... Peut-être que ça explique aussi pourquoi j'ai
trouvé "Fantastic Mr Fox" juste mignon sans plus alors que j'ai adoré les autres films de Wes Anderson.



librairie glenat 20/11/2010 10:34



Oooooh, as tu un traumatisme de jeunesse impliquant un lapin blanc qui parle (et toujours en retartd) ? ceci expliquerait peut être cela ;)


En ce qui concerne De capes et de crocs, c'est dommage quand même, c'est d'une richesse impressionnante !


Benjamin



Cachou 18/11/2010 22:11



Je dois être la seule personne au monde à ne pas avoir accroché à cette série. L'histoire ne m'a pas vraiment plu, et même si les dessins sont très beaux, j'ai de gros problèmes avec les animaux
qui parlent...



librairie glenat 20/11/2010 10:24



C'est le genre animalier en générale que tu n'aimes pas ? Genre de Capes et de crocs, tu as essayé ?


Benjamin



herisson08 17/09/2010 20:24



J'ai un album de retard, car je suis les achats de la bibli... ça viendra peu à peu... j'espère car tu m'intrigues!



librairie glenat 18/09/2010 08:50



Tu as un album de retard, c'est à dire que tu n'as pas encore juste le 4 (qui est sorti hier, donc rien d'alarmant) ou carrément, tu n'as même pas lu le 3 (auquel cas, c'est un scandale ^^)?


Benjamin



PhV 17/09/2010 17:59



Bon bon bon, j'ai maintenant très envie de savoir ce qui se passe dans cet album ! Par contre, ta dernière phrase m'effraie un peu car si les auteurs nous gratifie d'un cliffhanger qui tue, mais
qu'il nous faut 4/5 ans pour avoir la suite... Aller, je repasse dès que je l'ai lu.



librairie glenat 17/09/2010 18:22



Ce n'est pas exactement un cliffhanger. Il s'agit plutôt d'un élément mystérieux qui exige une réponse. Non, sinon, on reste sur le même format un album = une enquète.


Benjamin