Intrus à l'étrange de Simon Hureau

Publié le par librairie glenat

Nous autres, libraires et lecteurs maniaques avons une sale habitude : faire des tas de livres "à lire" près de son lit. Et des fois ces piles atteignent un degré critique, et là "BADABOUM", c'est le drame... Mais à l'occasion de ces avalanches malencontreuse, on redécouvre le contenu de ces piles : "Ah tiens, j'ai oublié de le lire celui là...". Et me voici plongé dans "Intrus à l'étrange" de Simon Hureau.

Intrus a l etrange

Intrus à l'Étrange

De Simon Hureau

Édition de la boite à bulles.

 

Martial vient de perdre son grand-père. Il passe quelque temps chez son aïeul dans l'espoir de faire revivre ses bons souvenirs. Dans cette déambulation entre déprime, culpabilité et fuite de la réalité, il découvre par hasard deux valises adressé à un certain Félix Larose ainsi qu'une épaisse correspondance provenant d'une femme qu'il ne connait pas. Son grand-père aurait-il eu une part de vie cachée ? Il n'en faut pas plus à Martial pour vouloir partir sur les traces de son grand-père au fin fond de la campagne, plus précisément dans le village de Magnat L'Étrange, sur le plateau des Millevaches. 

 

Simon Hureau nous campe une histoire très plaisante à lire, mêlant recherche d'identité et intrigante vie d'un village aux nombreuses parts d'ombre. Le personnage de Martial trimballe sa silhouette légèrement désabusé et désappointé dans cet obscur village du plateau des Millevaches, vêtu de sa veste et de son chapeau à la Charlot, avec ses répliques quelque peu désuète, il est en constant décalage avec les habitants du petit village, mais il semble également être le seul personnage à l'abri d'une explosion imminente.

Graphiquement, Simon Hureau propose un dessin très fouillé, bourré de détails et particulièrement envoutant, collant parfaitement à l'atmosphère de Magnat L'étrange. Cet album semble aux jonctions des univers de Tardi et de Tanquerelle. Gratifié du Fauve du Polar à Angoulême cette année, cet Intrus à l'Étrange est à découvrir avec grand plaisir ! J'aurais du faire tomber ma pile "à lire" plus tôt...

 

Benjamin

Publié dans Nos Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Romuald 24/02/2012 15:39


Hautes oeuvres petit traité d'humanisme à la française avait été publié sous le nom de Simon Hache, mais c'est bien à Hureau qu'on doit cette grande BD historique. Pour ceux qui auront la chance
de tomber dessus (à l'occasion d'une prochaine chute de piles ?)...


 


 


 

librairie glenat 29/02/2012 17:50



Je ne connaissais absolument pas ce titre, me voilà intrigué.