Spin, de Robert Charles Wilson

Publié le par librairie glenat

La science fiction est souvent une histoire de concepts, de postulats qui permettront aux écrivains d'imaginer les choses les plus folles. Dans le domaine, Spin met le paquet !

 

Spin Spin.jpg

Robert Charles Wilson

Folio SF

 

Une belle nuit d'octobre Tyler Dupree et les jumeaux Lawton, Diane et Jason vont être les témoins d'un évènement hors du commun : les étoiles vont disparaître. Toutes les étoiles. Chaque nuit, la voute étoilée ne sera plus, le ciel sera d'une opacité totale. Que s'est-il passé ? Cette question va dorénavant obséder Jason Lawton. Cette obsession sera l'obsession de toute une vie.

Depuis cette belle nuit d'Octobre, la terre est enfermée dans le Spin, sorte de grand "sac" dans lequel la Terre est confinée. Dans ce sac, le temps semble passer à une vitesse normale. A chaque seconde terrestre s'écoule 3,7 années en dehors du spin... A ce rythme là, lorsque la terre vieillit d'un an, le reste du système solaire vieillit de plusieurs millions d'années. Il ne resterait qu'une cinquantaine d'années à cette bonne vieille terre avant une apocalypse inévitable.

 

Et une claque magistrale, une !

 

Je vous ai fait part de ma précédente lecture de Robert Charles Wilson, il s'agissait d'une variation sur le voyage dans le temps qui m'avait beaucoup plu : A travers temps. Cette fois encore, l'auteur canadien m'a permis de prendre une claque magistrale. Ici, le postulat de base permet des extrapolations extraordinaires et souvent vertigineuse que rien ne semble arrêter.

Raconté par le biais de Tyler Dupree, on est happé par ce récit et on ne peut quasiment pas s'en échapper, les trois personnages sont étudiés au maximum, à aucun moment la psychologie de l'un deux n'est laissée de côté. Avec cette approche psychologique, Robert Charles Wilson réussit à donner une allure de roman "classique" à ce récit purement science fictionnel. Ce roman a plusieurs facette, l'une carrément hard-science (cf ma définition du hard science), où l'on peut découvrir des mots comme "ecopoïèse" (ou ça existe) ou des expressions de types "réplicateurs autoreproductibles de Von Neumann" et  l'autre s'approchant de la saga familiale. La performance est de taille...

Le dernier aspect developpé et non des moindres correspond au regard de Robert Charles Wilson sur l'humanité. Le moins que l'on puisse dire est que l'auteur de Toronto n'a pas une grande foi en l'espèce humaine. Entre cynisme et réalisme, sa vision empreinte de pessimisme fait froid dans le dos tant l'analyse semble pertinente.

Une oeuvre de tout premier plan qui se prolonge par deux romans : Axis dans la collection Lunes d'encre de Denoël et Vortex pas encore traduit.

 

Benjamin

Publié dans Nos Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Cachou 20/11/2010 10:25



Moi comme je n'ai qu'un temps partiel pour l'instant (à l'insu de mon plein gré ^_^), je peux complètement me plonger dans ses romans. D'ailleurs, ce week-end, c'est "Ange-Mémoire" et les deux
derniers tomes de "Transmetropolitan" (histoire de bien poser le contraste dans les récits de SF...)



librairie glenat 20/11/2010 10:32



Ah ouais, beau programme ! Profites en bien ^^


Benjamin



Cachou 18/11/2010 22:14



Celui-là, je le garde pour "la fin". J'ai encore "Ange Mémoire" (que je vais lire ce week-end je pense) et "Les Chronolithes" à lire, puis j'attaque "Spin", qui me semble être le plus marquant de
tous.



librairie glenat 20/11/2010 10:23



"Garder Spin pour la fin", ça a un côté tellement romantique dis comme ça, genre le roman ultime à lire à la fin de tout... ça a un côté tellement parfait par rapport au sujet du bouquin !


Je me suis commandé beaucoup de bouquin de Wilson, mais je me les garde pour une période plus sereine pour les lire, l'approche de noël en librairie n'est pas le meilleur moment pour découvrir
des romans dans lesquels on ne demande qu'à s'immerger !


Benjamin