Le voyage extraordinaire, par Denis-Pierre Filippi et Silvio Camboni

Publié le par librairie glenat

La couverture est un élément essentiel dans la bande dessinée, puisque c'est la première chose que regarde le lecteur. A voir celle de cet album, j'ai eu un à priori négatif. Le lettrage, le titre, le design de la couverture, tout me rappelait une adaptation de roman de Jules Vernes. J'aime beaucoup cet auteur, mais je n'avais pas envie de lire une énième adaptation. Mais votre libraire préféré, Benjamin, est un fin conseil. Ca rassemble à du Jules Vernes, ça s'inspire de Jules Vernes, mais c'est un univers totalement original qui nous est proposé par Denis-Pierre Filippi.

 Le_voyage_extraordinaire_t1-2.jpg

Le voyage extraordinaire tome 1

par Denis-Pierre Filippi et Silvio Camboni

Éditions Vents d'Ouest

 

Nous sommes en 1927, en Angleterre. La première guerre mondiale bat son plein, et une troisième force est apparue soudainement. Des créatures mécaniques extrêmement perfectionnées qui interviennent dans le cours du conflit. D'où viennent-elles, que veulent-elles, nul ne le sait, mais elles se battent contre l'un et l'autre des camps en présence. Dans un collège anglais, deux adolescents se livrent à leur passe-temps préféré, construire des machines jamais inventées. Emilien et sa cousine Noémie pensent passer leurs vacances d'été au collège une nouvelle fois, comme depuis des années. Mais cette année, les parents de Noémie ont interrompu leur voyage à travers le globe, et les deux jeunes gens passeront l'été dans la maison de famille. Celle où aurait du se trouver le père d'Emilien, mais dont personne n'a de nouvelles. Et pour cause, il semblerait qu'il ait été enlevé à la suite d'une nouvelle invention qu'il avait fabriquée.

 

Très bel album à l'ambiance Steampunk que ce voyage extraordinaire. Pour rappel, le Steampunk est un genre de science-fiction qui se déroule dans notre passé. A la base, à l'époque de la machine à vapeur, mais on peut facilement l'étendre jusqu'au début du XXe siècle. Denis-Pierre Filippi livre une histoire très riche, pleine de suspens, de menaces et de potentiel. Il ne livre pas beaucoup d'explications, dans ce premier tome. Il pose ses personnages, dans une galerie très efficace et très attachante, laisse planer des doutes, interroge, et nous fait pénétrer dans son univers uchronique. Une première guerre mondiale plus tardive en est l'objet, ce à quoi s'ajoute la présence du "troisième axe" venu dont ne sait où. Là encore, le scénariste prend bien le soin de ne rien nous révéler, de faire peser la menace sans l'expliquer. Tout cela fonctionne très bien. Il prend son temps, et nous propose un premier voyage, une immersion, des plus plaisante.

Silvio Camboni, le dessinateur, propose un dessin tout en rondeur et riche de détails. Chaque planche, chaque case, est détaillée au plus haut point. Chaque décor, même d'arrière-plan, est travaillé avec soin, de tel sorte que l'on a la sensation de se trouver dans un bon dessin animé des studios Walt Disney. La mise en scène est très bonne, bien rythmé, et les personnages particulièrement expressif, ce qui concoure largement à les rendre sympathiques. J'aurai peut-être une petite réserve sur les couleurs, parfois, sur certaines planches, que je trouve un peu tristes. Mais quand le dessinateur se déchaîne, travaille ses lumières, cela ne tarde pas à devenir très bon.

 

Il y a un esprit Jules Vernes, je vous le disais, dans cet album. Cette passion de la technique, ces personnages d'aventuriers, d'inventeurs, ces enfants même. Il reste à voir comment le scénariste pourra développer cet univers qui s'annonce très riche, et sans commune mesure avec cette grande inspiration qu'est Vernes. Ce premier tome mérite d'être acheté, car il y a la possibilité de proposer une excellente série grand public si ce numéro un fonctionne.

 

Yaneck

Logo-CdI-1

Commenter cet article