La belle mort de Mathieu Bablet

Publié le par librairie glenat

Dans un futur incertain, l'apocalypse a eu lieu. Il est venu sous la forme d'insectes étranges. Quelques humains survivent dans une ville, Wayne, Jeremiah et Scham font partie de ces humains. Ils se déplacent dans la ville à la recherche de quoi se nourrir et dormir en sécurité, et pourquoi pas, découvrir d'autres survivants.

 

La_Belle_Mort_Ankama_Editions_Label_619_Mathieu_Bablet.jpg

 

La Belle Mort

De Mathieu Bablet

Éditions Ankama

Label 619

 

 


 

Une histoire post-apo dans le label 619 de l'inévitable Run... Miam !! Ceux qui suivent se blog savent que je suis très friand d'histoire post-apocalyptique, et que  je me jette dessus comme un zombie sur son premier cerveau, et là, pareil, je me suis jeté dessus. Pourtant l'auteur est un parfait inconnu qui réalise là son premier album.

Le premier élément a relevé est la couverture de l'album, en un mot : superbe. Bien construite, intrigante avec un décor époustouflant posant suffisamment de mystère pour donner envie de lire l'album, on ne pouvait rêver mieux. Le second élément marquant réside dans les décors, dès les premières pages ont est happé par l'immensité et la solitude qui entoure les personnages, la réalisation des décors urbains est particulièrement réussie et l'atmosphère oppressante de ces décors nous immerge complètement dans l'histoire.

L’album se construit en deux parties. La première partie s'arrête principalement sur les trois personnages précités (Wayne, Jeremiah et Scham), on suit leurs déambulations, leurs états d'âmes, ponctué par d'habile flash-back, cette partie du récit s'attache vraiment à décrire l'évolution psychologique des personnages sur un rythme lent, quasi hypnotisant. La seconde partie intègre largement plus une dimension fantastique avec l'arrivée des "insectoïdes", fantastique glissant même vers un côté très fantasmagorique plutôt surprenant. Si j’ai préféré la première partie, plus subtile, la lente glissade vers la fantasmagorie de la seconde m’a replongé dans certains scénarios de science fiction comme je les aime.

Un scénario habile, un dessin aux décors parfaitement maîtrisé, une couleur parfaite qui distille subtilement des ambiances très chargée… Pour un premier album, Mathieu Bablet signe une très belle réussite. A découvrir au plus vite !

 

Benjamin

 

Retrouvez Mathieu Bablet sur son blog : la cinquième dimension.

 

BDmercredi-logo

 

challenge fin du monde apocalypse post-apo 7

Publié dans Nos Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tigger Lilly 13/06/2011 11:16



Ha oui miam, la couverture !


Ca a a l'air très sympa !



librairie glenat 14/06/2011 16:44



Connaissant ton gout pour le post-apo, je pense que cela te plaira !



Manu 11/06/2011 18:12



Bon, ben je me suis laissé tenter par le parfum très spécial de cet album à la couverture si réussie. Bien m'en a pris !


 


Graphiquement, c'est très bon et très original. Les décors, exclusivement urbains, sont effectivement très, très réussis, et sont un élément à part entière de l'histoire. Le rythme est lent
mais jamais ennuyeux, et permet une véritable immersion dans cet univers si désespéré, grâce aussi à une pagination conséquente et bienvenue.


 


Ensuite, l'histoire se permet le luxe d'être également très intéressante. Là où d'autres -de plus en plus nombreux- se contentent de poser un cadre et de l'explorer pour lui-même et les
situations qui peuvent en résulter (comme par exemple dans le cas du certes très bon Walking Dead), l'auteur ne sombre pas du tout dans cette solution de facilité. Il a lancé un pitch, alors
il le résoud, et avec maestria qui plus est ! Du coup, c'est pas juste du post-apo qui se regarde, c'est de l'anticipation ambitieuse, qui explore de nombreuses pistes et se permet le luxe
de brouiller les cartes et les enjeux au travers des psychés de 5 personnages très intéressants.


 


Bref, pour un coup d'essai, c'est un coup de maître, et Bablet est d'ores et déjà un auteur à suivre avec attention, d'autant plus que son style graphique -un vrai style, personnel et novateur-
est en béton armé. (les architectures délibérément imparfaites et tordues, avec des axes de symétrie décalés, c'est juste exceptionnel ; et les persos sont superbes aussi.)



librairie glenat 14/06/2011 16:44



Je suis très heureux de voir que cet album t'as plu ! Content de te l'avoir conseillé ;)



comparatif bank 09/06/2011 09:35



J'aime les scénario post-apo, mais j'aime vraiment pas les insectes... =S


Mais tu me donne envie d'y jetter un oeil...


Bon je verrai à la fnac! 


Merci



librairie glenat 09/06/2011 10:15



Tu le trouveras plus facilement chez un libraire spécialisé



mango 08/06/2011 22:43



J'aime beaucoup la couverture  et je ne crains pas les histoires post- apo comme tu dis! Une bonne surprise par conséquent!  A retenir. 



librairie glenat 09/06/2011 10:14



Boarf, faut faire plus que retenir, faut se laisser tenter !



Yaneck Chareyre 08/06/2011 19:12



C'est quoi le label 619 de Run?


Sinon, tu fais très envie là...



librairie glenat 09/06/2011 10:05



Le label 619 est la collection dirigé par Run chez Ankama, on y trouve par exemple Freak Squeele, Rock A Billy Zombie Superstar, les rééditions de Tankgirl...


Run est l'auteur de la série Mutafukaz, série déjantée génialissime, multi-influence, gangsta-SF de folie...